Skip to main content
Fb

Maurice Blanchard : en 1958, André Pieyre de Mandiargues écrivait…

En 1958, André Pieyre de Mandiargues écrivait, dans Le Cadran lunaire :
« L’intelligence de la poésie est répandue, chez les Français, autant, ou quasiment, que l’instinct maternel chez les poissons (…). Ils ont bien manqué Lautréamont, ils ont manqué Corbière, ils ont ri, si longtemps, de Mallarmé. Juré, plus tard, qu’on ne les y reprendrait pas. Mais à peine ils ont entrevu Péret, Arp, et Blanchard n’a pas vingt lecteurs dans son pays. »
 

Panier